Actualités

Faire glisser des liquides

Dispositifs optiques, surfaces autonettoyantes, laboratoires sur puce (lab on chip), procédés de manipulation de liquides biologiques, etc. : les performances de nombreuses applications pourraient être considérablement améliorées si leurs surfaces pouvaient être rendues glissantes. C'est l'objectif du projet GLISSACTIF, issu de l'institut d'électronique de microélectronique et de nanotechnologie (IEMN). Il repose sur une méthode simple, adaptable à de nombreux matériaux et miniaturisable, qui permet de rendre glissantes (pour les liquides) des surfaces, via l'utilisation d'ondes acoustiques de surface. Le projet vient d'obtenir un financement de 110 000 € par la société d'accélération du transfert de technologie (Satt) Nord.

Ce financement va permettre la maturation de ce projet et protéger l'invention par un brevet. Les recherches vont également se poursuivre, notamment par des tests du procédé sur une large gamme de matériaux, avec de nombreux liquides et en utilisant des systèmes de génération d'ondes de surface miniaturisés et intégrés. Il sera alors possible de déterminer précisément dans quelle gamme de matériaux, de liquides et de puissance ce principe est le plus efficace.

Cette vidéo en présente brièvement le principe. Quand le système est éteint, la goutte d'eau ne glisse pas, piégée par les aspérités de la surface. Quand le système est allumé, des ondes acoustiques créent des « nano-séismes » en surface, qui libèrent la goutte. Celle-ci peut ainsi glisser.




Actualités en relation

La Satt Nord investit dans le projet Neurovision

Le projet a pour but de traiter les signaux visuels en temps réel, en consommant très peu d'énergie.

05/09/2018