Actualités

Conférence internationale Blockchain, Open Education & Citoyenneté Numérique

La technologie blockchain bouleverse l’économie et l’industrie : la France a tenu le 15 avril la semaine de la blockchain, animée par le ministère de l’Économie et des finances. La blockchain permet de ré-inventer la monnaie, les registres légaux, les infrastructures réseaux, la traçabilité, les transactions juridiques…

Dans le domaine de l’éducation, la question intéresse les services de scolarité du monde entier, pour la certification des diplômes, des compétences, des open badges, pour des parcours « sans couture », accessibles tout au long de la vie sous format « certifié conforme à l’original ». Service innovant vers les usagers, lutte contre la fraude, gain de temps pour les services de scolarité surchargés de demandes des étudiants en mobilité, anciens étudiants et des employeurs, la blockchain inspire aussi l’éducation sur la traçabilité des ressources éducatives libres.

Une blockchain internationale de l’éducation, avec des standards communs ?

Le caractère « distribué » de la blockchain convient particulièrement bien à l’écosystème international et complexe de la formation. Pour cela, il est nécessaire d’engager une coopération internationale forte sur la reconnaissance des ECTS, des diplômes et des compétences, leur dématérialisation et leur interopérabilité. L’Université de Lille porte ainsi, pour le ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse, Blockchain Education France. Le MIT a aussi lancé le 23 avril un partenariat avec de nombreuses universités étrangères dont Delft, Harvard, etc. pour travailler sur la numérisation et l’ancrage des diplômes et crédits d’enseignement dans une blockchain (et des standards).

En Europe, le Partenariat de la blockchain impulsé par la Commission européenne a reconnu 4 cas d’usage, dont celui, très soutenu, d’une « blockchain de l’éducation ». Plusieurs membres du groupe de travail « éducation » seront d’ailleurs présents lors de la conférence, en lien avec des acteurs du réseau ENIC NARIC (reconnaissance des diplômes étrangers).

Grâce aux avis croisés d’acteurs du secteur privé, d’experts européens ou gouvernementaux, les sessions plénières donneront aux participants une occasion unique d’avoir une compréhension globale et indépendante des technologies Blockchain.

Pour qui ?

Cette rencontre s’adresse aux gouvernances et personnels de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, en France, en Europe et à l’international, curieux de la technologie blockchain et engagés dans des actions de modernisation, d’internationalisation et de reconnaissance des diplômes et des compétences.

Cette conférence a reçu le soutien du ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse et des partenaires suivants : Centre international des études pédagogiques, centre d’apprentissage ORT, BCDiploma, Machine Learning, CVTrust, VerifDiploma. Représentant la France au sein du Partenariat européen de la blockchain, le groupe de travail numérique n°8 « Blockchain Education France » du ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse est à l’initiative de cette seconde édition de la conférence, avec le Commonwealth Centre for Connected Learning. Pré-conférence francophone le 27 mai 2019, entrée libre sur inscription.



Liens associés

Actualités en relation

Conférence Blockchain, Open Education & Digital Citizenship

L'Université de Lille et le Commonwealth of Connected Learning (Malte) organisent une conférence internationale les 27 et 28 mai 2019 à LILLIAD.

27/05/2019