Actualités

Tuberculose : un nouveau traitement va être testé

Elles avaient publié un article il y a deux ans dans l’une des plus prestigieuses revues scientifiques mondiales, Science. Aujourd’hui, les équipes de deux laboratoires de l’université poursuivent leur partenariat avec les entreprises Bioversys et GSK, afin de faire profiter les patients atteints de tuberculose des fruits de leur recherche. L’union européenne vient de leur accorder les fonds nécessaires (7 millions d’euros) à la réalisation des études précliniques et cliniques de phase 1. Il s’agit des premières phases d’exploration de l’efficacité d’un nouveau médicament, généralement sur un petit nombre de patients. Les équipes impliquées dans ces découvertes sont celles du docteur Alain Baulard du centre d’infection et d’immunité de Lille (CIIL ¹), et des professeurs Nicolas Willand et Benoît Deprez, de l’unité de recherche Médicaments et molécules pour agir sur les systèmes vivants (M2SV ²).

Plus d’un million d’êtres humains continuent de mourir tous les ans de la tuberculose. En outre, certaines souches responsables de la maladie ont développé des résistances aux antibiotiques couramment utilisés. C’est le cas de l’un deux, l’éthionamide, employé depuis une quarantaine d’années. Normalement, celui-ci est capable de tuer la bactérie responsable de la tuberculose. Mais il a besoin pour cela d’être « bioactivé » par une enzyme propre à cette bactérie. Or certaines de ces bactéries ont modifié leurs gènes pour empêcher cette bioactivation. 

Mais après de longues années à travailler sur la question et à tester différentes stratégies de lutte, les chercheurs ont trouvé un moyen de faire fonctionner une autre enzyme, grâce à une petite molécule appelée SMARt-420. Ils avaient montré il y a deux ans qu’ils pouvaient soigner de cette façon des souris infectées par une souche résistante à l’éthionamide. Le nouveau financement va leur permettre de passer progressivement aux premiers essais chez l’homme.

¹ (Univ. Lille/CNRS/CHU Lille/Inserm)
² (Univ. Lille/Inserm)

Institut Pasteur de Lille