Recherche

Publier et diffuser la recherche

La recherche produite à l’Université de Lille est largement diffusée dans la communauté scientifique internationale (articles, édition de revues et d'ouvrages collectifs, organisation de congrès…) Grâce au mouvement de la science ouverte, l’enjeu est désormais de favoriser l’interdisciplinarité et de rendre ces travaux plus largement accessibles aux professionnels, aux médias, aux citoyen·ne·s.

 

 

3500

+/- articles par an

30

revues

1

archive ouverte

Vers une science ouverte

Le libre accès est un mouvement international, né à Budapest en 2002, qui promeut la mise à disposition des écrits scientifiques sur le web, sans barrière financière, légale ou technique. L’université encourage ses chercheuses et chercheurs à élargir la diffusion de leurs travaux à tous les publics concernés, dans et hors du monde académique :

¹source : theses.fr, thèses de 2014-2015.

L’ouverture des données de recherche, ou open data, garantit une plus grande transparence et une reproductibilité des résultats de recherche. Permettre la réutilisation de ses données par d’autres, c’est également favoriser l’innovation et construire un nouveau modèle d’échanges entre la recherche et la société.

  • Quels sont les points communs entre Norine, Archipolis et Glycobase ? Ce sont des corpus de recherche numériques et ouverts.

  • L’université alimente aussi des entrepôts publics de données français (Huma-Num) et européens (Zenodo) : retrouver les communautés TISbio et Université Lille - ST sur Zenodo

  • L’open data donne une seconde vie au patrimoine scientifique

  • Un réseau de plateformes et de partenaires, comme la Meshs, accompagnent les chercheuses et chercheurs lillois dans la gestion et la diffusion de leurs données.

L’open science, ce n’est pas seulement l’accès aux publications et aux données, mais aussi l’ouverture à la recherche en train de se faire. Afin d'y contribuer, l'Université de Lille est signataire de l'appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité. Dans toutes les disciplines, les équipes de recherche lilloises explorent de nouveaux modes de collaboration avec les citoyen·ne·s. Vous pouvez par exemple :

The Conversation : faire connaître sa recherche

The Conversation France est un site internet où les universitaires peuvent s’adresser au grand public, avec l’aide de journalistes. Ils peuvent ainsi faire peser leur expertise dans les débats de la société.

À travers la fondation I-Site Université Lille Nord-Europe (ULNE), l'université est partenaire de The Conversation France.

Tous les articles publiés par les enseignants-chercheurs de l'Université de Lille.

Pourquoi écrire pour The Conversation

Le site fédère une large audience, intéressée par les idées, la recherche et la parole directe des chercheurs. Les universitaires/chercheurs signent tous les articles. Ces derniers sont sous licence libre : The Conversation a noué des liens avec divers médias (Francetv.info, lemonde.fr, lepoint.fr, ouest-france.fr, etc.) qui en reprennent certains, d’où une audience plus large. Qui peut même s’étendre à l’étranger : quand les journalistes jugent que l’article pourrait intéresser d’autres éditions de The Conversation dans le monde entier, ils font traduire l’article, et le proposent à ces derniers.

L’intérêt est qu’il est difficile de toucher ces types de public externe avec les canaux de diffusion actuels de l’université, souvent trop généralistes. Chaque article dans The Conversation rassemble au minimum plusieurs milliers de lecteurs (les statistiques et republications sont accessibles aux auteurs.)

The Conversation France est une association à but non lucratif. Les journalistes sont des « facilitateurs » rompus à l’écriture des médias grand public. Ils éditent chaque article avec son ou ses auteurs : il peut y avoir coupes, réécritures partielles mais toujours validées par ces derniers. Les médias qui reprennent les articles doivent le faire en intégralité, sans modifier le texte.

Grâce à leurs articles dans The Conversation, des enseignant·e·s-chercheur·se·es sont contactés non seulement par des journalistes, mais aussi par des associations et entreprises, intéressés par leurs compétences ou désireuses de nouer des partenariats.

Vous pouvez leur proposer des articles courts sur tout sujet lié à vos recherches actuelles, qui vous semble susceptible d’intéresser un large public. Les journalistes qui animent le site sont à votre écoute pour vous aider à en préciser l'angle. Toutes les semaines, ils lancent également un appel à articles : il s’agit d’une liste de sujets sur lesquels ils travaillent, parfois en résonance avec l’actualité et pour lesquels l’éclairage d’un spécialiste serait très utile. Mais la rédaction est aussi intéressée par une version accessible et résumée d’un article scientifique que vous venez de publier.