Des étudiants "prodiges de la République"

A la veille du 14 juillet, Monsieur le Préfet Lalande a souhaité saluer « le parcours exemplaire et inspirant » de 50 citoyens : parmi eux, 6 jeunes réfugiés ayant entrepris de reprendre leurs études à l’Université de Lille.

Jusqu’en octobre 2016, Aida, Ibrahim, Abdalla, Mohamad, Babak et Mohamed apprenaient le français dans une école associative dans le camp de Calais, avec l’espoir d’obtenir l’asile en France et de reprendre des études, interrompues par la guerre et l’exil…

Moins d’un an après, avec détermination et enthousiasme, et après avoir obtenu en juin le diplôme universitaire d’études françaises de l’Université de Lille, ils s’apprêtent à entamer une licence, un master ou un DUT selon leur parcours antérieur et leur projet.

Ces derniers mois, avec 70 autres personnes, ils ont étudié le français chaque jour, suivi des ateliers d’orientation, monté des dossiers pour valider leurs diplômes et leurs acquis, pour postuler à des formations à l’Université, tout en menant de front leur demande d’asile.

L’université de Lille est très honorée que Monsieur le Préfet ait fait le choix d’attribuer à ces étudiants le titre de « prodiges de la République », avec une mention spéciale pour leur détermination (cf. pages 9 et 10 du livret)

Mohamad a pris la parole lors de cette cérémonie et a rendu hommage à tous ses camarades et aux personnels qui ont participé à la première année du dispositif pilote d’apprentissage du français et d’orientation universitaire pour les demandeurs d’asile et les réfugiés de l’Université de Lille.

Ont été mis à l'honneur à l'occasion de cette cérémonie :
- Tahir Taha Abdalla : 32 ans, soudanais, qui entre en première année de Master Génie industriel

- Mohamed Mohamed Mostafa Abakar : 23 ans, soudanais, qui entre en DUT Gestion des Entreprises et des Administrations.

- Ibrahim Abuodaida : 21 ans, soudanais, qui entre en première année de licence sciences de l'ingénieur.

- Aïda Mohamed Idriss: 24 ans, soudanaise, qui entre en troisième année de licence Génie Civile. 

- Mohamed Ramin  Nihan : 30 ans, afghan, qui entre en deuxième année de Master Solidarité internationale, Humanitaire et Gestion des crises en septembre.

Pour rappel, plusieurs étudiant-e-s réfugié-e-s avaient intégré en octobre dernier un processus d'accompagnement et de formation en 3 volets : accompagnement social et administratif, apprentissage du français, orientation et insertion dans les formations.