Université

Annulé - Table-ronde

Date et lieu à venir.

La féminisation du marché du travail est indéniable, puisque la population active est composée de 48% de femmes et 52% d’hommes (DARES, 2017). Toutefois, elle ne s’est pas accompagnée d’un rééquilibrage des places dans le travail, que ce soit au niveau des secteurs d'activité ou des postes occupés. Ainsi, les femmes sont concentrées à 77,5 % dans 12 des 87 familles professionnelles, liées à l’éducation, la santé et l’action sociale (68,8 % de femmes) et l’aide à la personne (67,5%). En revanche, elles sont en minorité numérique dans l’industrie automobile (18,9 %) ou dans la construction (11 %).

Au moment de faire des choix d’orientation, les jeunes auraient conscience de cette répartition du monde du travail et des représentations et stéréotypes attachés, ce qui les amènerait à privilégier certaines formations en fonction de leur sexe. Pourtant, certain∙e∙s élèves transgressent les normes de sexe. Comment aider et accompagner ces élèves qui font le choix d’une orientation atypique ? Le regard croisé de chercheurs, de chercheuses et de professionnel∙les devraient permettre d’élaborer certaines pistes d’action.